Les feuilles rougissent, les citrouilles poussent sur les pas de portes, le fond de l’air sent la neige, le doux fumet de la compote de pommes en préparation emplit votre maison, pas de doute :
L’automne est là !
Même si la seule chose qui vous tente, c’est de rester derrière une fenêtre avec un chocolat chaud à regarder les feuilles tomber, il est temps de penser à votre jardin et à le préparer pour l’hiver.

Il existe de nombreux facteurs contre lesquels les plantes ont besoin de protection pour survivre à l’hiver Québécois.
La neige, le sel, le vent, le gel, les rongeurs… Votre jardin doit être prêt à les affronter ! Comment éviter les erreurs les plus communes lors de la fermeture du jardin ?
Adoptez les bons réflexes dès à présent et votre jardin vous dira merci au printemps suivant !

Si vous pensez connaître les bons gestes, vérifiez avec nous que vous faites ce qu’il faut, quand il faut.

De petites négligences à l’automne peuvent affecter un bon retour à la normale au printemps !

Erreur n°1 : S’y prendre trop tôt

Se préparer pour l’hiver c’est bien, mais il ne faut pas être trop pressé !

Couvrir les arbustes trop tôt : conséquences

Le fait d’installer des protections hivernales alors que les températures sont trop douces peut avoir plusieurs conséquences néfastes :

  • Un manque de circulation d’air qui amène à la suffocation.
  • Une compression des feuilles qui auraient dû tomber.
  • Une accumulation de chaleur propice au développement de la pourriture.

Alors, quel est le moment idéal pour protéger les arbustes ?
Le mois d’octobre étant de plus en plus doux, nous recommandons de vous employer à cette tâche en novembre, voir mi-novembre selon les années, avant les premières neiges.

Erreur n°2 : Fausses idées sur les vivaces

En ce qui concerne les vivaces, il existe beaucoup d’idées reçues. Il ne faut pas tout couper à l’automne, c’est une erreur. Cela dépend de l’âge de la plante et de sa période de floraison.

Ne pas couper les vivaces qui fleurissent à l’automne

Pourquoi se priver des dernières floraisons ? Pour les vivaces qui fleurissent à l’automne, on les laisse tranquille jusqu’au printemps, on n’y touche pas !
Leur feuillage permettra de retenir la neige et d’assurer une couche de protection supplémentaire pour les racines.

Ne pas couper les vivaces qui ont moins de 3 ans

Afin de les aider à se protéger du froid, il faut laisser leurs feuillages aux jeunes plantes vivaces (moins de 3 ans). Pour connaître leur âge, mesurez-les, si elles font moins de 10 pouces, elles sont encore trop fragiles pour être taillées.

Couper les vivaces qui ont plus de 3 ans

Vous pouvez tailler au ras du sol les vivaces plus âgées. Elles sont assez matures pour résister à l’hiver et auront ainsi place nette pour repousser au printemps. Ceci est également valable pour les espèces plus rustiques.

Erreur n°3 : Laisser le gazon à l’abandon, c’est non !

C’est certain, il est moins agréable de passer du temps dehors en novembre qu’en été. Mais si vous négligez la pelouse en fin de saison, son aspect en subira les conséquences dès le printemps suivant.

Méthode pour faire la dernière tonte

  • Tondez la pelouse tant qu’elle continue de pousser.
  • Vers la fin octobre/ début novembre (selon les années), c’est le moment de la dernière tonte.
  • Coupez plus court (laissez 3 à 5 cm) afin d’éviter le pliage des brins, l’aplatissement et ainsi prévenir les fongiques d’hiver.
  • Ramassez bien les résidus de tonte pour éviter l’asphyxie.
  • Ramassez les feuilles mortes, autrement l’herbe risque de mourir en dessous. Résultat : de grosses taches jaunes sur le gazon.

Erreur n°4 : Ramasser toutes les feuilles mortes

Les feuilles mortes contribuent à la qualité et à l’équilibre général du sol, c’est une erreur de penser qu’il faut tout ramasser. À chaque fermeture de jardin, pensez à bien répartir vos feuilles mortes.

Laisser les feuilles mortes sur les plates-bandes et sous les arbustes

Une couche de feuilles mortes (environ 10 cm) étalées sur une plate-bande ou sous un arbuste joue un rôle d’isolant en hiver. En se dégradant avec les chaleurs du printemps, les feuilles se transformeront en humus : de bons nutriments pour vos plantes et un paillis gratuit !

Ramasser les feuilles mortes sur le gazon

En revanche, sur le gazon, il faut ramasser les feuilles qui ont tendance à l’asphyxier, ce qui va parsemer la pelouse de taches jaunes. Vous pouvez ainsi :

  • Redistribuer les feuilles sur vos plates-bandes
  • Si les feuilles sont sèches, remisez-les à l’abri (cela vous fera une source de matière sèche à ajouter au compost)

La méthode facile

Si vous n’avez pas trop de temps à consacrer à la fermeture de votre jardin, voici une méthode facile et efficace.
Tondez votre pelouse avec les feuilles mortes. La tondeuse ne fera pas la différence et produira des mélanges herbe coupée/feuilles déchiquetées parfaites pour le paillage !

Erreur n°5 : Penser que les conifères n’ont pas besoin de protection

On serait porté à croire que non mais sachez que les plantes à feuillages persistants et les conifères ont eux aussi besoin de protection ! Même si ce sont des arbres dit «rustiques», ils sont sujets à la dessiccation.

La dessiccation hivernale

Comme les arbres à feuillage persistant continuent l’évapotranspiration pendant l’hiver, ils sont beaucoup plus sensibles aux vents et aux variations de température.
Les résineux exposés au vents persistants et au soleil sont alors sujets au desséchement.

Que faire pour protéger les conifères ?

Pour protéger conifères et feuillages persistants, il est recommandé d’arroser abondamment les conifères à l’automne.
Il faut gorger le sol d’eau en profondeur, cela préviendra le phénomène de dessiccation.

Erreur n°6 : Laisser le sol nu

Vouloir à tout prix se débarrasser des feuilles et des rebus de tonte est une mauvaise habitude. Rappelons que c’est une source de matière organique gratuite pour votre jardin !
En milieu désertique les sols sont nus, ailleurs non ! Pour protéger vos végétaux et permettre à une biodiversité de s’installer dans vos sols, utilisez un couvert végétal.
Il favorisera le développement de la micro-faune du sol, rendant la terre plus meuble et plus fertile.
Les paillages végétaux peuvent prendre différentes formes :

  • BRF (Bois rameaux fragmenté)
  • Feuilles mortes
  • Rebuts de tonte
  • Écorces de pin
  • Etc.

Erreur n°7 : Mauvaise installation du paillis

Le paillage protègera les racines du gel, c’est un excellent apport de matière organique pour votre sol. Il diminuera les écarts de température du sol en hiver. Par contre, il est important de ne pas commettre ces erreurs :

Un paillis trop mince : inefficace

C’est à partir de 10 cm d’épaisseur que l’on peut parler de paillage. 15 cm est encore plus efficace. Si la couche est trop fine, l’effet tampon ne sera pas là.
La chaleur du sol va s’échapper et les repousses de mauvaises herbes n’auront pas de difficultés à traverser un paillis trop fin.

N’oubliez pas de désherber avant d’installer

Si le paillage permet d’empêcher les mauvaises herbes de germer en les privant de lumière, il ne tue pas les herbes déjà présentes.
Il est donc important de ne pas négliger le désherbage avant de poser un paillis.

Erreur n°8 : Oublier de planter les bulbes pour le printemps d’après

En automne, nos efforts sont souvent concentrés sur un seul objectif dans le jardin : la protection pour l’hiver. Mais il faut penser au printemps suivant !
Si vous voulez voir des tulipes fleurir vos plates-bandes, c’est à l’automne qu’il faut y penser.

Quand planter les bulbes de fleurs ?

De septembre à novembre. La température idéale pour ces plantations doit se situer autour de 11 degrés. Si le travail est fait trop tard, les températures trop basses empêcheront les racines de se développer.
Si le travail est fait trop tôt, vous risquez de perturber la période de dormance hivernale des bulbes.
Plantez les bulbes assez profondément (3 fois la hauteur du bulbe).

Quelles sont les variétés qui rentrent dans la catégorie des bulbes ?

On pense souvent aux tulipes, mais il existe une multitude de bulbes :

  • Les crocus
  • Les perce-neiges
  • Les narcisses
  • Les jonquilles
  • Le lys
  • Le muguet
  • Etc.

De nombreuses variétés existent pour illuminer l’arrivée du printemps !

Erreur n°9 : Mal vidanger le système d’irrigation

Ça parait évident, mais tous les ans, des canalisations éclatent à cause des températures, causant des dommages considérables dans les maisons. Il ne suffit pas de couper l’arrivée d’eau, il faut vider les tuyaux qui font la liaison entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Vidanger un système d’irrigation

À l’extérieur:

    1. Coupez l’arrivée d’eau à l’aide de la valve extérieure.
    2. Videz les restes d’eau dans le tuyau extérieur (en caoutchouc) en appuyant sur le pommeau de distribution (il reste toujours un peu d’eau mais ce n’est pas grave).
    3. Débranchez le tuyau extérieur (en caoutchouc) et mettez-le en remise.

À l’intérieur:

  1. À l’intérieur de la maison, repérez la vanne d’arrêt pour l’arrivée d’eau extérieure et fermez-là.
  2. Purgez la valve interne. Vous trouverez soit un robinet, soit un bouchon de drain. Ouvrez-le pour permettre à toute l’eau de s’évacuer.

Ainsi, en cas de grand froid ou de gel, les tuyaux qui sont entre les murs externes et internes n’ont pas de chance d’exploser.

Erreur n°10 : Vouloir condamner son jardin à tout prix

Préparer ses plantes à affronter l’hiver c’est bien. Il faut consacrer du temps et de l’amour au jardin en automne pour voir les résultats au printemps. Mais pourquoi condamner totalement le jardin ?
Au Québec, on est devenus les rois de la conciliation avec la météo. Malgré nos hivers rudes, on trouve des astuces pour rendre cette saison agréable. Pourquoi ne pas adopter quelques idées pour un jardin d’hiver ?

  • Installer un foyer extérieur ou un brasero
  • Installer un chauffage d’appoint sur une terrasse
  • Installer un SPA 4 saisons

Pensez-y cet hiver, et pourquoi pas l’année prochaine aménager un coin de terrain pour en profiter pleinement !

Voilà, vous êtes prévenus! Vous avez à présent tous les outils en main pour une fermeture de terrain réussie. Enfilez vos pantoufles, l’hiver est à nos portes !